Guatemala-Belize

GUATEMALA/BELIZE  ’08  

Antigua - Atitlan - Tikal - Caye Caulker.

GUATEMALA

Sur la route du GUATEMALA, je fais escale a Dallas, Texas. Decidemment, plus je vieillis et plus je voyage, moins je supporte les Etats-Unis.

Guatemala Ciudad

Arrivé à Guatemala City — non : « Ciudad » — un peu fatigué du voyage.

Coup de chance le lendemain c’est vendredi saint, et on fait la fête annuelle à Antigua avec les processions et tout et tout.

Antigua*

Ambiance particuliere avec un chicken-bus bondé le soir pour rentrer : on doit etre a peu pres 150 dans un bus pour... 50 enfants (les chicken-bus sont les anciens bus scolaires américains). Mais c'est comme ca ici. 

Le lendemain, depart en ‘chicken’ pour Lago Atitlan. C'est toujours la fete, et ce sera surprenant de voir le village si calme apres la fin de la fete.

Lago Atitlan**

Le coin est plutot calme et sympa, on peut escalader les volcans*, faire des balades sur et autour du lac, prendre une moto pour visiter les environs, faire les marchés**. On peut facilement y rester une petite semaine. 
Le marché de 
Chichicastenango** vaut le coup. Mais je me planterai dans les distances et rentrerai en moto de nuit et completement gelé ;)
Bref, le coin du Lago Atitlan vaut la peine et est tres reposant. 


Depart pour Tikal en avion, depuis Guatemala Ciudad. Coup de bol je sympathiserai avec des canado-americains dans l'avion et les suivrai en partageant leur taxi pour me rendre dans un des motels du parc. 
Coup de chance car j'avais rien prevu, et prendre un motel dans le parc est la meilleure des options. 
On passera ensemble une journee entiere, avec 
couché et levé de soleil (a faire absolument!), le coin vaut le detour. Le coucher de soleil sur le haut d'un temple est quelque chose de peu commun, et de tellement agreable. 
En plus c'est 
mon premier site Maia, et il parait que c'est le mieux :)

Tikal***

L'autre bon coté c'est que c'est tellement touristique, qu'on peut prendre facilement des navettes directes et pas trop pourries pour rejoindre Belize City (oui cette fois c'est bien « City »). 

L'inconvenient, c'est que ca devient bourré de ricains, et que l'ambiance au Belize ne ressemble plus du tout a celle du Guatemala….


BELIZE

Caye Caulker* 

Hop, arrivé a Belize City , on se jette directement dans un des bateaux qui vont a CAYE CAULKER (pour les routards) ou AMBERGRIS CAYE (pour les riches). La, vaut mieux pas rater le dernier, car c'est... difficile a croire Belize City (tellement c’est moche).

Je reste sur Caye Caulker* et l'ile n'est pas des plus deplaisante, mais, je reve ou quoi, y a meme pas de plage, a peine du sable !! 
Bon, c'est pas grave, on va bien voir ce qu'il y a a faire ici !

En fait et contrairement au Guatemala les amateurs de gastronomie comme moi seront vite decus. Il faut savoir qu'au Belize, les rares choses bien a faire (ou a manger) sont hors de prix. Rien que pour la bouffe, on mange mal et cher (precios americanos mis amigos). 
Les seuls trucs bien sont la plongee dans le 
Blue Hole(***) du Lighthouse reef(**), ou Turneffe islands(**), mais ces archipels sont tres eloignés et le gasoil est cher (a ce qu'ils disent) alors il faut se ruiner pour y aller — pourtant je suis fan de plongee! C'est con, ca a l'air superbe, mais la journee de plongee a 200$, non merci. Mais j'ai vu des photos, et le Blue Hole ca a l'air d'en jeter !

Placencia

Bon, j'irai quand meme faire un tour a Placencia, au sud, pour voir le reste du pays - Quoi, c'est aussi nul que ca le Belize ?
Mouais, pas convaincu... La pareil, c'est super cher pour faire le moindre truc, meme pour manger mal. 
Surtout ne pas s'arreter dans le village de Dangriga
 si vous passez par la...!

En fait il faut aller au Belize 1 semaine, faire les atols super chers (prevoir de l'argent), et puis repartir aussitot. 
Pas la peine de trainer ses guetres tres longtemps dans le coin, a moins d'etre americain peut-etre... 

Je repartirai vers Cancun au Mexique, ou j'irai recuperer un avion pour Lima depuis Miami. 
Il me reste 1 semaine de vacances, et pourquoi ne pas aller voir quelques amis a Lima. Autant en profiter, en plus mon vol de retour fait escale a Miami. 

Retour sur les americains (decidemment, c'est pas leur jour) : a Miami je chope mon billet AR pour Lima, et annule mon premier vol Guatemala-Miami pour ne garder que le Miami-Paris du retour. Ca va ? tout le monde suit jusque la ? ;) La je me pointe au service commercial d'AA (vive American Airlines qui nous fait voyager dans des avions super-pourris), et demande a annuler le premier vol. Reponse : impossible, c’est soit je monte dans l'avion a Guatemala-Ciudad, soit je paie un aller simple pour Paris. Bon, je traine un peu dans l'aeroport, repere un latino qu'a l'air sympa a un comptoir, et lui demande de faire le changement. Ce qu'il fera en un tour de main. Ah ces americains, vraiment, on peut pas compter sur eux ! Heureusement qu'il y a les latinos pour mettre un peu d'humanité et de souplesse dans monde de brute.

© Ivando 2015