Laos

LAOS ’08    

Vientiane - Vang Vieng - Luang Prabang - Paksé - Si Phan Dong

Je ne crois pas me tromper quand je dis que je pense etre tombé amoureux de ce pays, en tout cas je tombe litteralement sous son charme lancinent.

Venir au Laos c'est decouvrir un doux pays au doux sons de ses enfants qui jouent, tout au long de la journee. On passe ses journees en compagnie du calme et de la gaieté, et oui, accompagné des petites voix des enfants qui jouent et s'amusent comme tout enfant devrait. 

Un pays superbe pour qui sait apprecier calme, paix, et tranquillité ; l'aime, la recherche, ou en a besoin.


Vientiane*

Il peut etre bon de commencer son chemin au Laos a Vientiane, car on comprend alors ce qu'est le Laos. 
Vientiane est une petite ville bien calme, meme si c'est la grosse ville du pays. Les seuls mots que je peux employer pour la definir, c'est qu'il y regne un calme et une atmospere amicale, oui, c'est bien cela, amicale.

Il y a certainement de quoi y faire son marché sur le plan touristique, mais je n'ai pas pris ce temps la. Avec Pascal le jeune québecois avec lequel je fais connaissance a la sortie du train (et qui debute son tour du monde), nous passons l'apres-midi dans ce curieux, sympathique et amusant endroit, le sauna/massage caché dans l'un des temples en peripherie de la ville : le tres sympathique Wat Sok Pa Lavong Sauna & Massage de Miss Noy .

Vang Vieng** 

Aller a Vang Vieng permet de commencer a gouter a la terrible lenteur des transports dans le nord du Laos (30 km/h de moyenne env.).

Si certains me le deconseillent, au regard de ses video-bars et du nombre de touristes qui y sejournent, personnellement, c'est peut-etre l'endroit que j'ai le plus aimé au Laos. 
Le petit village - ce tout petit village - s'etend non pas le Mekong mais la riviere Nam Song, avec en face, sur l'autre rive, de magnifiques montagnes a la sauce roches calcaires de la Baie d'Halong. Prendre le thé du matin au saut du lit de son bungalow en contemplant le calme et la magnificence de ce paysage me charme et me fait chalouper, doucement, legerement.

Le moment que je prefere, c'est vers 10h, quand les touristes du matin sont partis visiter les grottes, les employés, alors, apres avoir tout nettoyé et rangé s'occupent d'eux (les filles) ou se reposent (les hommes), et la, on entend purement et simplement le calme et la paix de cet endroit. On entendrait le Mekong couler (ou l'herbe pousser comme le dit le proverbe du coin).

A part ca, s'il y a pas mal de touristes avec le profil 20-ans-sans-un-sou-et-je-ne-pense-qu'a-picoler, ceux-ci se rassemblent au nord du village, et le reste est bien bien calme, comme on peut s'y attendre, comme l'est le Laos. Personnellement cela ne m'a choqué en rien, et tous les petits bars qui font du feu le long des legers rapides du Mekong, avec hamac ou tapis a la thai, au choix, sont tres agreables, et de jour comme de nuit.
En fin de journee, c'est au tour des jeunes locaux (et locales) qui font leur toilette, chacun de leur coté, dans la riviere, et encore une fois, c'est toute la journee que l'on entend les doux rires des enfants, qui s'empressent meme de jouer avec les touristes des qu'ils en ont l'occasion. Le soir c'est l'heure de l'education des grands, et l'ecole est remplie de jeunes - car oui, ce qui me frappe le plus a mon retour en France, c'est la jeunesse de leur peuple, en Asie : ici on croise quand meme beaucoup de vieux ou de personnes d'un certain age, la-bas, la grande majorite de la population est tres jeune, beaucoup plus jeune, et c'est un autre dynamisme, une autre facon d'entendre la vie.

Luang Prabang**

Vang Vieng-Luang Prabang c'est 7 a 8h de bus. Preferer un mini-bus meme si c'est plus inconfortable, mais au moins il s'arrete de temps en temps dans les villages. 
Selon moi, Luang Prabang est la destination du tourisme pour cinquantenaire aisé qui vient passer deux semaines en Asie (rassurez-vous je n'ai rien contre les cinquantenaires, aisés ou non d'ailleurs).

J'aime moins que Vang Vieng, meme si ce n'est pas ce que pensent la majorité des gens. Je recommande d'eviter la rue principale centrale, ou les tarifs sont tres elevés et les massage a prix fort et pas de tres bonne qualité. En revanche se promener le long du Mekong en journee est bien agreable. 
Dommage qu'on y trouve rabatteurs pour bateaux et enfants qui mendient ou essaient de vous vendre des conneries en bois, ce n'est pas du tout l'image que j'ai du Laos : je vous le dis, les enfants rient et jouent, avec vous parfois aussi, ils sont heureux, simplement, ca se voit, et c'est beau.

Oui, ce pays est beau, voila ce que je ressens dans mon coeur.

Paksé - Bolevan plateau*

Comme j'ai un peu "perdu du temps" en Thailande, je suis un peu juste pour faire ce que j'avais envie de faire (meme si je ne traine pas). Je voulais aller dans le nord du Laos, jusqu'a Luang Nam Tha (a l'origine je voulais meme prendre le temps de rejoindre la frontiere avec le Vietnam et revenir via Hanoi et les montagnes de Sapa). 
Mais les temps de transport en bus me decouragent, et sachant qu'alors je passerais 2 de mes 3 derniers jours dans les bus... moyen comme programme. Alors je change les plans, et profite d'un avion qui n'est pas plein pour me rendre dans le sud, pres de la frontiere cambodgienne, et rejoindre la region des 4000 iles (qui m'a ete fortement conseillee).

Finalement je fais connaissance avec Guy, un Francais en voyage, dans l'avion, et finis par l'accompagner pour un tour du plateau Bolevan qui, si ce n'etait pas prevu au programme, est un endroit qui peut valoir de s'y attarder (mon moment preferé a ete le lunch pres d'une riviere ou pleins d'enfants jouent et se baignent et ou on peut se baigner chauffé au chaud soleil du sud du Laos). 
Le meilleur lieu pour rester et s'organiser, a Pakse, est encore le Pakse Hotel, qui est un bel endroit avec sa terrasse sur le toit, economique, et une lao-francaise sympathique et efficace s'occupe de l'agence de voyage - vous lui direz bonjour de ma part ;)

Champasak je ne sais pas, mais si vous etes deja passé a Siem Reap, je pense que ce n'est pas la peine de s'y arreter.

Si Phan Don* (4000 islands)

Apres cette petite journee sur le plateau, me voici en route pour la region des 4000 iles.

Autant aller droit au but, evitez grandement Muang Kong  — qui est le seul lieu que j'ai trouvé desagreable au Laos. Des gens pas sympas qui ne paraissent pas joyeux, meme les enfants ont l'air pas bien dans leur vie - bref, on ne se croirait plus au Laos. En plus ils sont chiants et tres durs avec les prix. 

Cependant cela me permet de louer un bateau et de descendre une partie du Mekong jusqu'a Dong Det* (la petite ile de Si Phan Don* a laquelle on accede via Ban Nakasang), qui est le spot touristique du coin. Rudimentaire et sympathique, les logements sont tres simples, on fait des feux le soir et on se retrouve sur la petite plage qui sert a tout, de plage, de port, de debarquadaire, et puis c'est la fete au "bon fire" la nuit. La journee on se balade en velo - mais qu'il fait chaud a cette epoque dans le sud ici (alors que j'avais presque froid la nuit dans le nord).

La grande revelation de ce voyage, ce que j'ai assez vite reussi a definir, ce que je ressens, et autant sur la cote ouest de Thailande, qu'en remontant, ou a Bangkok, puis au Laos... Je suis la, je regarde autour de moi, je ressens, je regarde les gens, je me mets a l'ecoute de mon coeur, de mon corps et de mes sentiments, et je comprends que je me sens chez moi. Simplement chez moi. Rien de plus, rien de moins, c'est un fait qui me devient vite familier, et qui se poursuit au Laos. Je suis desormais plus que sensible a l'Asie. J'en prends maintenant pleinement conscience. 

Oui, cette fois le retour est dur. Habituellement je suis a la fois content - sinon heureux - d'avoir vecu chacun de mes voyages, et aussi de rentrer, de retourner, de retrouver mes racines et attaches. Mais cette fois, c'est difficile, je sens la fin des derniers jours approcher, je sais que sous peu je serai a Paris. Cette fois retourner dans ma vie, la poursuivre la, ici, c'est difficile.

Le charme de l'Indochine me manque, c'est un fait, et peut-etre meme davantage que cela. 
Et je suis surpris de ne decouvrir ce pays — qui me va a merveille — que maintenant, et apres tous ces voyages ! Peut-etre y a t-il une forme d'aboutissement...

© Ivando 2015