Maroc

Suivant

MAROC ‘01

Voila, c'est parti pour une semaine dans le SUD MAROCAIN**. Juste avant de partir j'appelle mon pote Erwan qui a passé pas mal de temps au Maroc dans son enfance, et qui connait bien le coin. Histoire de me renseigner un minimum avant de partir… 

Donc loin d'avoir preparé ce sejour, c'est surtout l'occasion de m'echapper du monde infernal du boulot que je subis en ce moment (nous sommes en janvier 2001).

La motivation? Les Dunes du Sahara

Marrakech*

Debarquant a Marrakech un samedi midi, j'avais dans l'idee de partir visiter le sud et ses dunes en autocar... 
Mais quelle drole d'idee m'etait passee par la, c'etait sans connaitre cette region ! 
Par chance peut-etre, en regardant les cars et leurs destinations, un type m'aborde et me parle location de voiture tout en m'offrant le the (hospitalite marocaine oblige). 
Finalement il me propose un tarif bien plus abordable que les differents 4x4 des agences de location bien connues, et je me laisse faire, pour une FIAT UNO. 
Seule contrainte : ne pas aller dans le sable ! Oui oui, c'est sans me connaitre ca mon bonhomme. 
Bref, me voila parti directement sur les routes de l'Atlas, sans me soucier de Marrakech, ville que j'aurai le temps de gouter a mon retour.

Ouarzazate

Sur le chemin de l'Atlas**, a la sortie de la ville, un homme en djelaba fait du stop. Le temps de me poser la question, je fais demi-tour pour aller chercher le gars. C'est la que commence l'histoire du sud marocain. 
Comme il n'est plus tres tot et que la route est longue pour 
Ouarzazate, il me propose de conduire, en me disant qu'il a ete plusieurs annees chauffeur de 4x4 pour des touristes. Allez, c'est parti pour la route a travers les sentiers et villages de montagne qu'il connait bien, pour couper la route et me faire visiter un peu plus la route autrement que sur la nationale. 
Je le trouve plutot sympa, et il me deposera jusqu'a Ouarzazate sans encombre a la tombee de la nuit. N'en pouvant plus (je me suis levé a 5h du mat pour prendre l'avion), je lui dis que je ne peux pas l'amener jusque chez lui, bien plus loin sur la route. Il me demande alors de lui preter de l'argent pour payer le taxi jusqu'a chez lui. Bizarre, et comment aurait-il fait si je ne l'avais pas pris en stop. Je ne lui donne pas l'argent. 
Il me propose alors de faire le chauffeur le lendemain et gratuitement. Hospitalite marocaine...

Ah, il faut que je vous dise que durant la journee, dans les montagnes, on s'etait arreté voir un ami a lui, qui culitivait un petit terrain tres sec, super paumé, super pauvre, et je me rends compte de la politique marocaine qui permet aux plus pauvres et aux villages les plus recules d'avoir quand meme l'electricite. 
Mais mis a part l'electricite, je crois que c'est tout ce qu'ils avaient. On mange du pain trempé dans une assiette d'huile d'olive, avec du the. 
Avant de partir, il me dit que le bonhomme a besoin d'argent pour sa femme qui est malade, et qu'il n'en a pas pour lui preter. Je laisse planer le silence comme reponse. Mais ce n'etait que le debut... 

Vallée du Dadès & Gorges du Todra*

Donc, le lendemain, apres m'etre levé a l'hotel ou, en essayant de prendre une douche, je me retrouve a l'accueil pour savoir pourquoi il n'y a pas d'eau chaude, le gars me repond qu'il m'a dit hier soir que je pouvais prendre un bain, mais que ce n'est que le soir qu'il font du feu. Du feu, ils chauffent leur eau avec du feu.

Bref, c'est reparti pour retrouver mon bon marocain espiegle pour qu'il me fasse visiter la vallee du Dades** : vallee des roses et gorges du Todra. La, il parait pressé, me fait visiter deux trois villages en ruine, puis s'arrete chez sa (soit disant) tante. Il me donne rendez-vous a la nuit tombee au pied de la mosquee dans le village de Boumaine, et m'indique que je peux aller visiter la vallee seul sans risque. Sa tante etant malade, il faut que je lui donne de l'argent, mais "pas pour le fait de conduire, c'est juste un pret pour sa tante". Il m'invitera a manger le couscous chez lui ce soir, a connaitre sa famille, a rester dormir, et bien sur me rendra l'argent. 
Pour ce type, j'etais son frere, il m'a fait des sallamaleques a n'en plus finir, que j'etais le plus genereux des hommes et tout le tintouin, qu'Allah me le rendrait et toute la panoplie. 
Bien sur et vous le sentez a 2km, j'attendrai comme un gland devant cette foutue mosquee, caché dans ma voiture a cause du vent et du sable, jusqu'a temps que des passants un peu trop insistant me demandent ce que peux bien foutre la !

Pour ma part je ne sais pas, je n'ai au fond pas perdu grand chose, mais ce gars la, je pense qu'Allah gardera un oeil sur lui, car il aurait bien evidemment suffit qu'il me le demande cet argent, et je le lui aurais donné a ce pauvre gars - pauvre dans le sens propre du terme. 
Je raconte mon histoire a ceux qui m'ont interpellé dans la voiture en tapant au carreau, comme toujours. La leur visage se transforme, et m'invitent a venir chez eux. Je comprends que je ne suis pas le 1er a qui on fait le coup, et ils sont bien embetes pour moi. Je passerai 1/4 d'heure avec un vieux a lui demander s'il connait le mec, dont je connais le soi-disant nom. Il passera tous les mohammed du coin et de la vallee avant de me dire qu'il ne connait pas cette personne. 
Ils m'invitent a rester dormir chez eux, mais la, je ne le sens pas. Pas possible de faire confiance ici.

Il faut quand meme que je rappelle une petite anecdote dans cette vallee du Dades. Cette region est tres touristique, mais a cette periode de l'annee, en janvier, les touristes ca court pas les chemins. Les locaux qui essayent de vendre tout ce qui peuvent sur leurs etalages sont des diables. Quand je dois m'arreter pour prendre des photos, je m'arrete donc un peu plus loin, la ou ils ne peuvent pas vous saouler avec leurs trucs a touriste. Mais a cet endroit la, le mec devait etre un peu plus affamé que la normale, et bien qu'il y ait pres de 500m entre lui et moi, il commence a venir vers moi avec des couteaux dans les mains (pour me les vendre, pas me trancher la gorge). Le voyant arriver de loin, je prends ma photo rapidos et commence a remonter dans ma voiture. La il commence a courir, ma voiture commence a avoir de serieux problemes pour demarrer, et le temps de redemarrer il est deja devant ma voiture. Il faut que je le pousse litteralement avec la voiture pour pouvoir repartir. N'importe quoi...

Et pareil pour ceux que tu peux prendre en stop sur les chemins, en fait ils ne font pas du stop, c'est une technique pour essayer de te vendre un truc pendant qu'ils sont dans la voiture... Pourtant, ce mec que j'avais pris en stop a la sortie de Marrakech m'avait bien dit qu'il ne fallait surtout pas prendre de gens en stop... Ah, s'il le dit lui-meme, alors qu'il faisait du stop...

Mais c'est pas fini, c'est pas fini :
Le soir, je trouve un hotel pres de ce bled bien paume comme il faut avec un hotel aux chambres troglodytes mais aussi hors de prix. Je trouve un petit hotel, et coup de bol il y a un garage attenant. 
Le gars me dit que c'est son frere (ou son cousin) qui a le garage, on pourra regarder ca demain matin. 
Une bonne nuit, une chambre a quelques euros, et je prends mon petit dejeuner. 

Un peu plus tard je commence a m'occuper de ma voiture, ce qui se fait un peu long. Le gars me dit qu'il faut changer la batterie. Ce qui m'enervera le plus c'est que apres avoir attendu je sais plus combien de temps en attendant qu'il revienne avec la batterie, je le verrai revenir deposer un vieux pres de l'hotel, et repartir a nouveau, avec ma voiture bien sur... En fait je commence a comprendre leur etat d'esprit : tu es le blanc, tu as de l'argent, tu as tout, et donc ils sont en droit d'utiliser ce que tu as. Et puis pourquoi demander, tu risquerais de dire non. Il faut quelques jours avant de connaitre comment ca se passe entre les marocains et les touristes. 
Finalement le gars me change la batterie, mais quand il amene la facture, je tique gravement quand il me demande de payer l'eau pour avoir tenté de "reparer" l'ancienne, ajoute a ca la main d'oeuvre (qui pourtant est quasi gratuite la-bas), et en ajoute encore pour payer l'idiot qui a « nettoyé le moteur ». Nettoyer le moteur... 
Je finis par m'enerver en lui criant dessus que c'est un voleur, que je vais aller a la police etc, et hesite a partir sans payer. Malheureusement je ne m'etais pas apercu qu'il avait laissé les cles sur le contact, et paierai quand meme. J'aurais du partir, ca les aurait calmés (ca coute cher une batterie dans le desert). 
- Bon d'accord, a cet age la j'etais encore assez nerveux et n'avais pas l'experience que j'ai aujourd'hui, mais quand meme!

Merzouga**

Allez, on continue dans les petites histoires avec les marocains... 
J'arrive de nuit a 
Erfoud (ou Rissani, je sais plus), porte du desert avant d'entrer dans l'un des ergs de sable du sud marocain. Evidemment je ne connais pas le chemin pour rejoindre le desert, et pas la peine de chercher les panneaux... 
Je demande a plusieurs personnes, qui me disent toutes de demander aux chauffeurs des 4x4 pres du grand hotel a touristes. Tous me demanderont de l'argent pour qu'ils me donnent la route... Mais que ca m'enerve. 
Finalement je tombe sur un gars qui accepte de me donner le chemin, mais a base de « apres la petite dune tu tournes a droite, ensuite tu suis les poteaux electriques, puis a environ 1,5km » etc etc... 
Bref, je vais pas m'en sortir. Un peu plus tard, un (autre) mec qui tape encore au carreau me dit qu'il peut aller la-bas si je vais dans l'hotel de son frere (ou son cousin, je sais plus moi), hourra, je me ferai pas bouffer par les scorpions ce soir non plus. 
On commence la route, et puis apres m'etre planté deux fois dans le sable, et qu'il nous en sort en pelletant avec les mains et en me montrant comment se desensabler, il me laisse plus le choix et prend le volant. Mais pourquoi je l'ai pas laissé conduire des le debut !? 
Voila, c'est comme ca que je fais mes debuts a apprendre a conduire dans le sable. C'est pas tres compliqué en fait, y a juste une ou deux techniques a savoir. Pareil pour se desensabler. Apres tout est beaucoup plus facile.

Enfin, il fait nuit, il est tard, mais on arrive dans cet hotel en bordure du desert. Je commence a prendre un peu en experience et en relationnel, et suis bien meilleur pour savoir comment les prendre et negocier. En fait c'est un peu comme le sable, les marocains il faut savoir comment ils fonctionnent et en rigoler avec eux. Partant de la, tout se passe beaucoup mieux, ils ne sont pas si mauvais bougres.

Apres une bonne nuit de 10-12h, je prends un bon petit dejeuner face au desert, enfin... Depuis le temps que je revais de voir le sahara. 


Hop, je m'apprete, et prends quelques recommandations pour partir a l'assaut des grandes dunes de l'
erg Chebbi**. Il parait que c'est plus facile de marcher pieds nus dans le sable, et pas la peine d'essayer de monter les grandes dunes qui font plus d'une centaine de metres de hauteur. Alors si je me rends bien compte que monter les dunes c'est pas si facile - encore que la encore y a une technique, le sable est plus froid coté ombre (ca chauffe moins les pieds) et plus dur coté vent (c'est plus facile a monter car on glisse moins). Mais pour le coté pieds nus, je gagnerai surtout deux enormes cloques sous les orteils qui m'obligeront a continuer a marcher avec les doigts de pieds levés (quoi? vous avez deja essayé?). Mmmhh, sympa les cloques. - Mais c'est tres agreable pieds nus dans le sable. 

Donc super journee : je passerai l'apres-midi jusqu'au soir dans le sable et les dunes, jusqu'a savourer le couché du soleil depuis le haut d'une (petite) dune, et rentrerai de nuit a mon hotel - ils ont des lampes ce qui permet de les reperer depuis le desert, la nuit, mais je me serai quand meme un peu trompé d'hotel ;) 
Apres si ca vaut le coup de se faire la balade en chameau avec la nuit dans la tente a seulement 1h de l'hotel... A vous de voir, moi je prefere quand c'est un peu plus 
rough :)

Zagora & vallée du Dra*

Erg Lihoudi*, ouais pas mal, mais j'ai moins aimé que l'erg Chebbi à Merzouga (mais peut-etre parce que je suis allé moins loin dans les dunes)

Marrakech*

Entre Place Jemaa El Fna** le soir, quartier des tanneurssouks* et epices qui se revelent medicinales

Allez, je ne vais pas trop taper sur les marocains, car depuis j'ai eu l'occasion de travailler avec des marocains, et il est vident qu'ils ont un sens de l'hospitalité vraiment developpee. C'est dommage que je sois tombé sur un type comme ca, et ils sont loin d'etre tous a cette image (et puis moi je n'ai pas perdu grand chose, mais lui... Allah gardera un oeil sur lui). Mais attention dans les coins trop touristiques…

© Ivando 2015